Un weekend tant attendu

Le weekend du 14 et 15 novembre, nous l’attendions avec beaucoup d’impatience. Nous l’imaginions haut en couleurs, saturé de joyeux cris  d’enfants et parer de ses plus beaux atours.

Hélas, la barbarie qui s’est répandue le vendredi 13, nous a plongé dans une immense tristesse et a assombri ces jours heureux. Mon mari et moi, nous ne pouvions pas nous empêcher de penser à tous ces destins brisés.

Reste que notre vie devait continuer, ne serait-ce que pour nos filles. Du haut de leur 6 et 4 ans, elles avaient bien saisi qu’un incident grave s’était produit, mais sans plus. Elles sont encore bien loin d’imaginer toute l’horreur dont est capable un être humain vers ses semblables.

69cDO7N_

Nous avions choisi la date du 14 novembre pour faire le goûter d’anniversaire de notre grande. Une douzaine de copains étaient attendus pour une après-midi de folie. Tout comme l’année précédente, les enfants avaient la possibilité de venir déguisé ou, à défaut, de nous emprunter l’un de nos nombreux costumes. J’avais prévu une séance de maquillage pour renforcer cette ambiance de grand carnaval. Cette activité est toujours un succès garantie! Nous nous sommes retrouvés avec une pléiade de princesses, sorcières, vampires et un spiderman. Un vrai gala!

J’avais bien travaillé le vendredi après-midi en confectionnant un gâteau zébré, des cookies maison et un tas de portes-clés pompons… J’ai malheureusement manqué de temps pour une déco 100% DIY. Mais je crois que les enfants ne m’en ont pas tenu rigueur. Ils semblent tous s’être beaucoup amusés.

Ma grande, quant à elle, a été très déçue en se rendant à l’évidence: sa « semaine » d’anniversaire touchait à sa fin.

Mais pas notre weekend.

Ce weekend-là était aussi celui du Vintage Market à Chalon Sur Saône. Mon mari, en grand collectionneur devant l’éternel, m’a donné depuis peu le goût de l’ancien et du sport qui lui est dédié: la chine. Le Vintage Market était donc forcément un rendez-vous incontournable à nos yeux.

C’était la première édition de ce salon à Chalon. Je dois dire que ce fut une réussite. Entre expositions d’objets anciens (des MAC notamment), stands de vêtements d’époque ou de reproductions, meubles rétro ou autres bricoles: j’aurai bien craqué pour certaines choses, si nous n’avions pas un déménagement en vue.

Il y avait même un barbier, un tatoueur et une coiffeuse pour mettre les visiteurs dans l’ambiance des fifties. Nous avons d’ailleurs fait coiffer nos filles comme des petites miss de l’âge d’or du Rock ‘n Roll. Elles étaient toutes fières. Elles ont même eu le droit à une course en petits chevaux en bois. La dernière fois que j’avais vu de tels jouets remonte à ma propre enfance, lorsque j’en faisais avec mes frères sur la digue du Touquet.

Ce salon a été une vraie distraction dans ce contexte si terrible. Il faut dire que les organisateurs et les participants avaient mis le paquet en allant jusqu’à se déguiser comme des personnages tout droit sorties de Happy Day. Il y avait juste un goût de trop peu. Mais mon mari et moi sommes gourmands de nature.