Une nouvelle expérience en couture: le coton enduit.

Parmi mes nombreux achats pendant les soldes de cet été, figuraient quelques coupons de coton enduit dénichés dans la magnifique boutique Petit Pan, rue Temponières à Toulouse.

Ce magasin et tous les articles vendus m’ont littéralement charmé. J’aurai voulu être la grande gagnante du loto pour pouvoir dévaliser leur stock et constituer ma réserve de matière première uniquement à partir de leurs produits. Je me suis contentée d’un peu de toile enduite, de quelques mètres de biais et une petite poignée de boutons.

Je n’avais jamais travaillé le coton enduit et j’avais quelques appréhensions. Entre l’épaisseur et le côté adhérant de la matière, j’avais un peu peur de me lancer dans une galère sans nom. Mais le rendu qu’apporte le coton enduit aux accessoires fais dans cette matière, me donnait trop envie de m’y essayer.

Pour ce premier essai, j’ai opté pour la confection de tabliers et de toque pour mes apprenties cuisinières. Cela faisait un petit moment que je songeais à leur en faire, vu qu’elles se partageaient le seul ensemble disponible à la maison.

Finalement, la réalisation n’a pas posé de soucis. La matière est assez souple et le biais a évité au coton enduit de coller à la machine. Les tabliers sont différenciés par le biais aux motifs et aux couleurs différents pour chaque exemplaire. Les toques sont surmontées de coton à motif (des petits coeurs roses) trouvé à la braderie de Tissus Plus de Narbonne.

Après avoir fait les deux ensembles de cuisinière, il me restait quelques morceaux de coton enduit. Je n’arrivais pas me résoudre à les mettre dans le sac à chutes. A la manière d’un patchwork, j’ai reconstitué un pan de tissu suffisamment grand pour faire une trousse à maquillage. La doublure, aussi dénichée à Narbonne, est un de mes achats coup de coeur de cet été. Cela donne un esprit vintage à cette pochette très girly.

J’ai encore quelques coupons de coton enduit et je me régale d’avance en pensant à ce que je vais pouvoir en faire.